Logo CPB

Club Philatélique Brainois

Flash n°343 - Septembre 2001

En direct du Secrétariat

Attention !!!!

Si notre prochaine réunion du 16 septembre 2001 aura bien lieu à notre local habituel, veuillez bien noter que celle du 7 octobre 2001 se tiendra lors de notre exposition au Collège Cardinal Mercier, 83 chaussée de Mont‑St‑Jean. Mais attention Tous les services ne fonctionneront pas comme d'habitude, à savoir:

Le service Matériel ne fournira que le matériel commandé.
Le service Nouveautés " fonctionnera normalement.
Les services "Circulations " et " Ventes directes " ne fonctionneront pas.
Le secrétariat sera présent comme d'habitude, cette réunion comptera pour la tombola d'assiduité, votre présence est donc souhaitée.
Les échanges inter‑membres pourront se faire normalement, mais aussi la possibilité de visiter les stands des négociants présents dans la salle.
Un atelier de philatélie se déroulera les deux jours avec présentation des panneaux didactiques sur l'initiation à la philatélie.


 
PETITES  ANNONCES.

343/001 Philatéliste du Kazakhstan échange timbres, monnaies, médailles et télécartes du Kazakhstan. S'adresser au Président.

343/701 Je recherche toujours les variétés ou curiosités sur timbres belges, faire offres au Président qui transmettra. Merci d'avance.

343/842 A vendre collection de Belgique neuf depuis 1959, par série ou année. Prix : 30% du C.O.B. ou prix de la faciale. S'adresser au membre n° 842 ou téléphoner après 19h au 02 384 40 62 (même le week‑end)

343/1203 Je recherche pour ma collection thématique " Poissons " du monde entier, timbres en neuf (XX) et oblitérés (o). Prendre contact lors de nos réunions ou par téléphone au n° 02 384 75 68.

343/1276 Recherche toutes informations sur les timbres du Chili et aussi du Pacifique. S'adresser à Duhamel R., président.

 FLASH‑JUNIOR

Le séchage des timbres

Si la tâche la plus difficile demeure le décollage des timbres, le séchage a aussi ses petites astuces qu'il faut connaître

Comme pour le décollage des timbres, l'ennemi du philatéliste est d'abord la précipitation Réalisez cette opération avec soins, vos albums peuvent attendre un peu 1

La technique traditionnelle

Voici la marche à suivre:

Dès que vous sortez les timbres du bain, essorez-les. Pour Cela, placez‑les entre deux buvards blancs que vous pressez avec la tranche de la main.

Transférez les timbres entre deux autres buvards secs que vous posez sur une surface parfaitement plane. Placez ensuite au‑dessus une pile de gros livres (par ex. bottins de téléphone)

Au bout de 24 heures, vos timbres seront parfaitement secs et plats.

Si un timbre reste collé au buvard, ne tirez pas dessus ! Découpez le buvard et plongez l'ensemble dans l’eau, ou mouillez le timbre avec un peu d'eau, après quelques minutes vous pourrez enlever le timbre et le remettre au bain afin d'enlever le résidu de gomme restant sur le timbre.

 N'utilisez que des buvards blancs. Ne faites jamais sécher des timbres sur un radiateur ou au soleil ou risque de les trouver gondolés.

Ne faites pas se chevaucher des timbres, ils peuvent se coller entre eux ou ne pas sécher complètement.

Soyez toujours patient et ne retirez pas trop tôt : même si après une heure ou deux, ils paraissent secs. Ce n'est généralement pas le cas.

Les autres options

La méthode traditionnelle fonctionne parfaitement. Cela dit, vous pouvez préférer disposer d'un matériel parfaitement adapté plutôt que d'utiliser les dictionnaires de votre bibliothèque. Les fabricants de matériel philatélique vous proposent pour cela trois types de sèche‑timbres :

Les carnets‑sécheurs
La presse
L'appareil électrique.

Les carnets‑sécheurs

Si de nombreux philatélistes les confectionnent eux‑mêmes, certains fabricants proposent des kits à des prix variables en fonction de la confection. Le carnet au prix le plus élevé est une reliure à spirale comportant 10 feuilles de papier buvard cartonné avec des intercalaires de protection adaptés à toutes les formes de gomme.

La presse

Elle est fournie avec des buvards et des rhodoids. Attention, le temps de séchage ne diffère pas fondamentalement des techniques traditionnelles. La presse présente, en revanche, les principaux avantages suivants:

Elle exerce une pression constante et uniforme sur les timbres.

Elle facilite le séchage de nombreux timbres compte tenu de la surface et offre la possibilité d'empiler plusieurs séries de buvards, d'où l'existence du rhodoid qui est une bande plastique permettant de faire la séparation entre les buvards.

La presse est facile d'utilisation et est très intéressante pour sécher un grand nombre de timbres.

Le sèche‑timbre électrique

Cet appareil est équipé d'un dispositif de chauffage et d'une soufflerie. Il présente les avantages suivants :

Rapidité pour le travail.

Qualité de séchage. Attention toutefois, il convient de faire des essais préalables afin de déterminer les temps de séchage par type de timbre. Une minute suffit généralement pour obtenir un rendu suffisant. En revanche, évitez de les laisser trop longtemps au risque de faire apparaître un léger gauffrage.

Pratique. Le sèche‑timbre électrique permet de traiter d'importantes quantités de timbres.

Notre avis : Cet appareil est onéreux et sert avant tout aux professionnels. Il est aussi destiné aux collectionneurs aisés et/ou très impatients.

Pour rappel

L'initiation à la pratique du décollage et du séchage des timbres par la méthode traditionnelle peut être exécutée pendant nos réunions.

Le saviez‑vous ?

Récapitulatif des premières émissions de timbres à double affichage

( Devise nationale / euro)

Açores (Portugal)                                                         5 mai 1999
Aland ( Finlande)                                                        28 avril 1999
Allemagne (*)                                                             12 mai 2000
Andorre ( France)                                                          janvier 2000
Autriche                                                                    7 mai 1999
Belgique                                                                   1 octobre 1999
Espagne                                                                28 mai 1999
France                                                                     1 janvier 1999
Irlande                                                                    29 avril 1999
Italie                                                                      28 janvier 1999
Luxembourg                                                             mars 2001
Modère (Portugal)                                                         5 mai 1999
Mayotte ( France          )                                                24 mai 1999
Monaco                                                                     12 février 1999
ONU (Vienne, Autriche)                                               1 janvier 2000
Pays‑Bas                                                                    2001
Portugal                                                                  15 mars 1999
Saint‑Marin                                                               12 février 1999
Saint‑Pierre‑et‑Miquelon (France)                              6 avril 1999
TAAF (France)                                                            1 janvier 2000

Les États membres participant à l'euro sont : La Belgique, l'Allemagne, l'Espagne, la France, la Grèce, l'Irlande l’Italie, le Luxembourg, les Pays‑Bas, l'Autriche, le Portugal et la Finlande.

(*) Le cas de la réunification de l'Allemagne

Elle n'a pas eu pour conséquence la réalisation de timbres à double affichage. Il existait pourtant deux marks distincts et la transition au mark de l'Allemagne de l'Ouest s'est réalisée progressivement. Au moment de la réunification, 1 mark de l'Ouest valait 16 à 25 marks de l'Est au cours non officiel. Les timbres émis à cette époque en ex‑RDA ont pu servir dons les deux parties de l'Allemagne mais ils étaient à un tarif inférieur à ceux de l'Allemagne de l'Ouest pour une utilisation identique. Le but était de maintenir le pouvoir d'achat de la population de l'ex‑Allemagne. de l'Est. Ils ont pu durant un certain temps être utilisés de part et d'autre et perdirent toute validité le 31 décembre 1991.

La collection à double affichage n'est donc pas sans intérêt.

Les timbres de l'ONU  : du faux triple affichage à la vraie double référence monétaire.

L'Organisation des Nations unies est habilitée à émettre des timbres. En 1951, un accord est conclu avec les autorités postales des Etats‑Unis, prévoyant que les timbres devaient être libellés en dollars US. Émis le 24 octobre 1951, les timbres font bien entendu référence au dollar. Des accords similaires sont ensuite passés avec les administrations postales suisse et autrichienne, pays dans lesquels l'ONU est implantée. Les timbres de l'ONU sont donc respectivement libellés en dollar, en franc suisse et en schilling autrichien.

En réalité, il n'y a pas sur un même timbre la référence à ces trois devises, même si les trois bureaux d'émission choisissent les mêmes thèmes.

Avec l'arrivée de l'euro, les timbres de l'ONU émanant de Vienne pratiquent le double affichage avec l'euro.

----------------------

L'Europe ne signifie pas uniformisation en matière de timbres. Tous les pays n'ont pas encore pratiqué le double affichage et certains n'ont réalisé qu'un seul timbre de ce type. Il est intéressant de noter que le sigle « euro » ne figure pas toujours, comme en Irlande ou en Belgique

Les articles ci-dessus peuvent être reproduits avec mention de la source et avis favorable du Club Philatélique Brainois. Envoyer une copie de la publication au président.