Logo CPB

Club Philatélique Brainois

Flash n°344 - Octobre 2001

PROCHAINES REUNIONS : les dimanches 21 octobre et 4 novembre 2001 de 9 H 30 à 11 H 30. – LOCAL : CENTRE CULTUREL, RUE J. HANS, 4

En direct du Secrétariat

Journée du Patrimoine en Brabant Wallon.

Ce samedi 8 septembre 2001, les percepteurs des postes de Waterloo et Genappe ont remis en service le temps d'une après-midi une de ces anciennes malles-poste qui parcouraient nos routes autrefois chargées du courrier de nos aïeux.

L'attelage a ainsi relié le Musée Wellington de Waterloo à l'Auberge du Roy d'Espagne à Genappe. Une aubaine pour les philatélistes qui ont bénéficié de 2 superbes oblitérations pour commémorer l'événement.

Monsieur le Ministre Serge Kubla s'est rappelé au souvenir de ses concitoyens de Waterloo en se hissant aux cotés du conducteur de la malle-poste. Notre " Postillon exceptionnel " a également inauguré une exposition philatélique dans les locaux du musée.

Notre Club a magnifiquement fait honneur à cet événement en exposant des plis remarquables que nous a légué feu Monsieur Jules Wauthier.

Assemblée générale

Notre Assemblée générale s'est déroulée ce 2 septembre 2001 à 10 heures.

En dehors des membres du comité, nous avons hélas dû relever une assemblée très clairsemée présente à cette réunion, Pourquoi ?
Il faut savoir que cette assemblée générale est l'aboutissement d'une année philatélique durant laquelle des bénévoles ont dépensé, sans compter, leurs heures de loisirs, afin d'aider au mieux les membres du club !
Nos Présidents d'honneur Pierard et Laloux ont tous deux relevé ce nombre élevé d'absents. Ils ont également tenu à rappeler que le club avait connu plusieurs deuils douloureux, la minute de recueillement a été observée.
Monsieur Duhamel a regretté lui aussi les absences des membres à l'assemblée générale, Il a rappelé l'exposition-prévente du 6 et 7 octobre 2001 et a fait appel à toutes les bonnes volontés et enfin, il a insisté sur le travail de Monsieur Poncé pour nous avoir crée notre site « Internet ».
Notre Secrétaire a fait le bilan moral de notre année philatélique 2001 que vous pourrez lire à la suite de ce compte-rendu.
Notre Trésorier Michel Lambert a fait le bilan financier du club, ce travail a été très apprécié par les vérificateurs aux comptes, Madame Petit et Monsieur Havaux.
Les membres du comité sortant ont été réélus à l'unanimité puisque personne n'a proposé sa candidature.

Poursuivant l'ordre du jour, on a procédé à la distribution des prix pour les Jeux-concours, les assiduités, etc.
Le renouvellement des cotisations fixées pour 2002 à 7 euros (280 BEF ) pour les adultes et à 2 euros (80 BEF ) pour les jeunes, ont été approuvées par l'assemblée.
L'assemblée a été clôturée à Il heures 50.

PETITES ANNONCES.

344/001 Philatéliste du Kazakhstan échange timbres, monnaies, médailles et télécartes du Kazakhstan. S'adresser au Président.

344/701 Recherche toujours les variétés ou curiosités sur timbres belges, faire offres au Président qui transmettra. Merci d'avance.

344/842 A vendre collection de Belgique neuf depuis 1959, par série ou année. Prix: 30% du C.O.B. ou prix de la faciale. S'adresser au membre n° 842 ou téléphoner après 19h au 02 384 40 62 (même le week-end)

344/1203 Je recherche pour ma collection thématique " Poissons " du monde entier, timbres en neuf (xx) et oblitérés (o). Prendre contact lors de nos réunions ou par téléphone au n° 02/3847568.

344/1276 Recherche toutes informations sur les timbres du Chili et aussi du Pacifique. S'adresser à Duhamel R., président.

La Poste à Braine-l’Alleud

L'évolution de la poste aux lettres est liée à l'histoire de l'écriture et à celle de ses supports et de son acheminement. Les Pharaons véhiculèrent par le Nil leurs instructions tracées sur papyrus alors que, dès le IIIe siècle avant J.‑C., la Chine, qui avait inventé le papier, utilisait 200.000 chevaux pour le transport de plis officiels et de messages aux quatre coins de l'Asie centrale.

Pendant près de mille ans, nos régions ne connurent guère, en fait, l'échange de nouvelles écrites. On sait qu'en 807, Charlemagne établit trois lignes de relais reliant Auxerre vers l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne. Mais ce n'était qu'une liaison pour la transmission de messages officiels et qui disparut à son décès en 814.

Il faut attendre le 13ème siècle pour trouver parmi les privilèges des communes le droit d'entretenir des messagers patentés, chargés de transmettre de ville en ville, lettres et messages.

Vint le 15ème siècle et ces seigneurs de Tour et Taxis qui se mirent à organiser le transport de nouvelles à des fins lucratives. Ils acquirent rapidement un monopole et on vit bientôt Charles-Quint les charge de diriger ses postes.

Rapidement, ces postes royales se chargèrent de véhiculer les lettres de particuliers. Ce n'est qu'en 1793, avec l'invasion française, que seront supprimés tous les privilèges et monopoles existants.

On peut se faire une idée du trafic postal tel qu'il était organisé, en ce qui nous concerne, Ia direction de Charleroi, on y apprend qu'un départ se faisait tous les dimanches et jeudis, à midi, au « Dragon ", Marché aux Fromages.

Pour la bonne compréhension de notre étude, il est bon rappeler que Waterloo, siège d'un relais dans la maison de la chaussée de Bruxelles portant le n° 147, aujourd'hui occupée par le Musée Wellington, faisait à l'époque partie de Braine‑l'Alleud et n'en fut détaché qu'en 1795.

Extrait du règlement du 5 novembre 1701.

 Route de Bruxelles à Philippe-Ville

Bruxelles ‑ Waterloo          postes
Waterloo ‑Genappe              
Waterloo ‑ Nivelle                
Genappe ‑ Charleroy            
Charleroy – Philippe-Ville        

La distance entre relais était exprimée en poste et représentait, en Belgique 7.500 mètres.
L'Etat s'attribua alors l'administration des postes que Napoléon dota d'un statut définitif en 1810 et dont héritèrent successivement le gouvernement hollandais et la jeune nation Belgique.

En 1830, outre les journaux, lettres ou livres, la poste transportait aussi les voyageurs. Les " grands courriers " s'effectuaient en malle-poste ; les " courriers d'entreprise " étaient transmis par voiture, cheval ou « en piétons » tandis que les dépêches gouvernementales étaient confiées à des " estafettes " qui parcouraient les routes à franc étrier.

Vers 1847, la poste aux chevaux était en pleine décadence et, peu à peu, se réduisit le transport des voyageurs. En 1879, l'État revoit la législation postale et abroge les lois relatives à la poste aux chevaux. La multiplication des services, l'automatisation du tri, le développement des moyens de transport, de communication allaient conduire la Poste vers ce qu'elle est aujourd'hui.

Messageries, diligences, cavaliers animaient les routes sur lesquelles la Poste régnait en maîtresse, mais le développement de diverses lignes de chemin de fer devait changer la face des choses.

Vers 1847, la poste aux chevaux était en pleine décadence et, peu à peu, se réduisit le transport des voyageurs. En 1861, 63 relais de poste sont démontés et 23 autres supprimés. Les moyennes journalières des parcours effectués en 1862 par les services de transport publics montrent Ia place déjà prise par le chemin de fer. Cette année-là, malles-poste, diligences, etc., parcourent journellement 19.214 kilomètres, les trains de voyageurs, 8.428. Rapidement le mouvement de bascule va s'accélérer au point que 15 ans plus tard, l'État revoit lia législation postale et abroge les lois relatives à la poste aux chevaux en 1879.

Une idée du trafic vers Braine‑l'Alleud.

 On peut se faire une idée du trafic postal tel qu'il était organisé au temps des Tour et Tassis à la lecture d'un document du 5 novembre 1701, prend cours le règlement suivant dont nous extrayons :

 Philippe, par la grâce de Dieu, Roy de Castille, de Léon, d'Aragon etc. ; comme dans la conjoncture présente du temps, il est nécessaire d'établir Postes pour la communication des Villes et provinces de ce pays.
Nous avons ordonné, comme Nous ordonnons par cette, d'établir les Postes suivants ……….
Nous ordonnons que toutes lesdites Postes il y ait un nombre suffisant de Chevaux tant de chaise que de Selle et au moins six dans chacune, pour la commodité des Passagers et plus selon que les routes seront fréquentées et qu'ils soient toujours dans les Escuries, afin qu'il n'y ait pas de retardement dans la continuation des courses.
De chaque Poste simple sera payé dix-huit pattars pour un cheval de Selle et vingt et deux pattars pour un cheval de Chaise à deux roues, et quatre pattars par Poste simple pour la gratification du Postillon sans plus, le tout Monnoye aiant cours en ce pays, et s'il y a plus d'un cheval attelé à la Chaise, il n 'y aura que celui qui sera dans le brancard pour lequel on paiera vingt et deux pattars, pour les autres ne sera payé que comme pour les Chevaux de Selle.
Convenant de favoriser les Tenons Postes, Nous leur accordons exemption de guet et garde, de logement des gens de guerre, des services et contributions pour iceux de chevaux de remonte, Pionniers, Chariots et autres livrements et Charges quelconques de cette nature comme aussi de toutes Tailles et Impositions, à titre d'Ayde, Subsides Vingtièsmes, Feux et autres semblables tant ordinaires qu'extraordinaires pour le personnel lorsqu'ils ne font aucun négoce ou traficq et pour le reel du même nombre de bonniers dont ils sont en possession de jouir dans les provinces de Luxembourg et d'Haynau et dans les autres provinces jusques à dix bonniers à la roye y compris les prairies qu'ils tiendront en propriété ou en louage, pour les Postes doubles, et pour les simples jusques à huit bonniers à la roye, y compris aussi les prairies qu'ils tiennent en propriété ou en louage. …………….
Déclarons aussi les Chevaux de Postes, Postillons et Courriers libres et exempts de tous droits de Tonlieu, de Chauffage, Passage de Ponts, Barrières et Rivières.

En 1761, on constate une amélioration notable dans la fréquence de certains courriers et notamment à destination de Nivelles et de Charleroi. Dans la « Liste du départ et arrivée des postes à Bruxelles », nous lisons :
Le bureau général des postes aux lettres se tient près du "Manneke Pis", et, pour la commodité du public, on trouve deux petites postes ou caisses, l’une à la Montagne de la cour, l'autre rue des Fripiers, d'où on transporte les lettres au bureau général. La poste part tous les jours; à 10 heures du soir pour :
……. Hal, Enghien, Mons, Valenciennes, Cambrai, Saint-Quentin, Paris.
……. Genappe, Wavre, Gembloux, Nivelles, Charleroi, Namur.
…….
Le dernier maître de poste de Waterloo, en place en 1846, était le sieur de Becquevoort qui sera ensuite bourgmestre de cette localité de 1848 à 1850.

SOUVENIRS, SOUVENIRS …

Une initiative originale pour les philatélistes, que de retracer une partie d'un parcours postal du siècle dernier près de chez nous.

Dans le cadre des Journées du Patrimoine 2001, et grâce à l'heureuse initiative des percepteurs des postes, Mrs Loosveld pour Genappe et Philippot pour Waterloo, un courrier s'est vu acheminé par malle-poste entre les deux cités, tant à l'aller qu'au retour.

Il faut savoir qu'avant de se retrouver Grand Quartier général du Duc de Wellington, la maison portant actuellement le n° 147 de le chaussée de Bruxelles était tout simplement un des nombreux relais postaux disséminés sur notre territoire.

Tout ce passé traçait la voie à suivre et c'est tout naturellement que cette expérience sortant de l'ordinaire fut concrétisée ce 8 septembre 2001. Le trajet du courrier reliait le Musée Wellington à l'Auberge du Roy d'Espagne à Genappe. Un guichet philatélique avec une oblitération spéciale propre à chacun des bureaux était en service. D’autre part, une exposition philatélique remarquable à laquelle le C.P.B. participait se tenait dans les locaux du musée et ce jusqu'au 16 septembre 2001. ( Malheureusement la communication de cet événement nous est parvenue trop tard pour que vous puissiez en être informé à temps ).

Nous avons pu quand même réaliser quelques plis pour entretenir la mémoire du passé philatélique de notre région.

Rapport moral du Secrétaire.

1- D'une manière générale, on constate que la vie du C.P.B. est actuellement dans une phase plus active, plus positive, il semble en effet qu'il existe plus de convivialité entre les membres, la fréquentation au club semble en hausse. ( à l'exception de cette assemblée générale)

2- Du point de vue de nos activités on relève :
- En novembre 2000, une participation à la bourse de l'Amicale des Cercles Philatéliques du Brabant Wallon à Clabecq.
- En avril 2001, notre bourse à Ophain avec un bilan positif. ( financier et fréquentation appréciable )
- En juin 2001, à Belgica '01, avec la visite de nos Amis de Basingstoke.
- Toujours en juin 2001, nous avons tenu un stand à la journée communale pour l'accueil des nouveaux habitants de Braine-l'Alleud.
- En août 2001, visite d'une délégation du Cercle Philatélique d'Ochsenfurt.
3- Les membres du club à l'honneur :
- Monsieur J-M. Frenay, médaille de grand argent à Wipa en Autriche, premier prix à l'exposition Europhila à Wattrelos en France et une médaille de vermeil à Belgica '01.
- Monsieur N. Moulin, à obtenu un très beau résultat en Allemagne.
4- Nos remerciements à:
- Monsieur Bosse, pour la publication de dossiers sur la Chine et la Corée.
- Monsieur Oppers, pour son histoire du Liechtenstein.
- Monsieur Poncé, pour la création de notre site internet :
                                               www.clubphilateliquebrainois.be
5- Pour rappel : notre exposition d’octobre prochain, on a besoin de tout le monde.
La réunion du 7 octobre 2001 aura lieu dons les locaux du Collège Cardinal Mercier au lieu du Centre Culturel. Qu'on se le dise.

W. Cloquet

Les articles ci-dessus peuvent être reproduits avec mention de la source et avis favorable du Club Philatélique Brainois. Envoyer une copie de la publication au président.