Logo CPB

Club Philatélique Brainois

Flash n°363 - Juin 2003

En direct du Secrétariat

Notre prévente qui a eu lieu le week-end du 10 et 11 mai 2003 fut un réel succès.

Le Samedi, vers 10 h 00, le vernissage de l’exposition fut rehaussé par la présence de Monsieur le Gouverneur de la Province du Brabant Wallon, Monsieur Hendrickx, par Monsieur le Directeur de Timbres-poste & Philatélie, Monsieur Frank Daniëls, par Monsieur Hubert Havrenne, vice-président de la Fédération Royale des Cercles Philatéliques de Belgique et par notre Président d’honneur, Monsieur Jacques   Laloux et Madame, en présence des délégations des Cercles jumelés de Luxembourg ( Europhil ), d’Ouistreham (F), d’Ochsenfurt – am – Main (D) et des représentants du Cercle Saint-Gabriel de Menden( D ). Mais aussi des représentants des Cercles Philatéliques amis.

Pour diverses raisons, nous avons dû excuser la présence de Monsieur le Ministre Serge Kubla, de Monsieur le Bourgmestre Scourneau, des Echevins Olivier Chamart, M-A. Hatert-Marloye, de Monsieur les Présidents E. Van Vaeck et A. Decré et de nos Présidents d’honneur E. Désirant et L. Pierard, des représentants des Cercles de Basingstoke (GB) et de Lugano (CH).
Les personnalités qui ont pris la parole ont toutes mis l’accent sur le travail de notre président, Monsieur Duhamel qui par modestie fit retomber toutes ces éloges sur son équipe. Merci, Monsieur le Président !

Notre club a reçu le diplôme décerné par la Fédération pour les 35 années de son existence.

Pour clôturer cette séance académique, le C.P.B. invita les personnalités et les visiteurs à prendre le verre de l’amitié en guise d’apéritif, en les invitant à signer le livre d’or.

En ce qui concerne nos remerciements, ils iront à tous ceux qui ont œuvré pour que cette manifestation soit une réussite : les monteurs de cadres et de collections, l’équipe du bar, l’intendance de Mademoiselle Minne, la tombola de Monsieur Acacia et de ses filles Betty et Brigitte, de Monsieur et Madame Cotton avec les FDC-souvenirs, les flêcheurs Messieurs Henard et Goossens qui ont été particulièrement félicités par Monsieur Frank Daniëls lors de son allocution, les exposants étrangers et ceux de notre club, et enfin, merci au personnel de la poste pour sa collaboration efficace.

Malgré une accalmie le dimanche, il y eut tout au long de la journée un va-et-vient parmi les collections et chez les négociants en philatélie.

Les visiteurs invités à voter, pour récompenser un exposant ont choisi :

1 -  ‘’ La faune et la flore des Alpes ‘’,(61 points) présentée par Monsieur Jean-François REYNET du Club Philatélique d’Ouistreham (F). Cette collection est classée en Classe Ouverte dans les exposition philatéliques compétitives. Bravo Monsieur Reynet vous êtes récompensé par l’attribution du ‘’ Prix du public ‘’ offert par l’Administration communale de Braine-l’Alleud.

2 -  ‘’ La Belgique, la France et la Grande-Bretagne dans la seconde guerre mondiale ‘’ (62 points) pour le Club de Basingstoke (GB)

      ‘’ Sur mer à travers les âges ‘’ (62 points)

4 – ‘’ La musique ‘’ (64 points)

      ‘’ Le cheval ‘’ de notre membre junior Alison Dejaiffe

      ‘’ Corps expéditionnaire belge en Russie des auto-canons-mitrailleuses – ACM – 1915/1918 ‘’

7 -  ‘’ La poste à Braine-l’Alleud ‘’ (68 points)

8 -  ‘’Les Jeux Olympiques de 1920 à Anvers. (69 points)

9 -  ‘’ La Russie ‘’, collection présentée par le Cercle Rossija de Bruxelles

      ‘’ Les abbayes romanes ‘’

      ‘’ Le cosmos ‘’ présentée par K. Gerringer du Club d’Ochsenfurt (D)

      ‘’ Jean Monnet ‘’ présentée par Monsieur O. Weijs de Luxembourg

13 - ‘’ Didactique philatélique ‘’

      ‘’ Travaux des Juniors ‘’ de Melles Anaïs Chatelle, Fanny, Florence, et de Messieurs Harpigny Maximilien et Millan La Roche. (71 points)

15 - ‘’ S. S. Paul VI ‘’ (72 points)

      ‘’ Musée de Russie ‘’

Toutes les collections ont recu un diplôme de participation.
Bravo à tous !

La seule ombre à notre tableau, c’est l’absence des représentants de Menden qui devaient en principe jumeler leur club philatélique avec le C.P.B. de façon officielle le dimanche à la Maison Communale sous le patronnage de Monsieur le Bourgmestre et de Monsieur l’Echevin des jumelages. Malgré ce contre-temps, le verre du jumelage fut quand même pris dans la bonne humeur avec nos amis d’Ochsenfurt, d’Ouistreham, de Luxembourg et d’une délégation de notre club. L’ambiance y était très détendue et Monsieur le Bourgmestre n’a pas manqué dans son allocution de faire l’éloge du C.P.B. et de son président.

Encore merci à tous et à plus tard pour de nouvelles manifestations.


DOSSIER

Les retouches des Médaillons non dentelés de Belgique

( Suite, voir Flash n° 361 )

 

 

 

Très souvent ces retouches du fond accompagnent celles des cadres et deux exemplaires de la planche V du 20 c. sont tout à fait typiques à cet égard.

 

 

 

Dans l’un nous constatons d’une part nombre d’irrégularités : parallélisme des cadres supérieurs très défectueux ; prolongation vers le haut du droit interne ; petits traits dans les inter-cadres de chaque coin, et d’autre part, des retouches très caractéristiques du fond dans les coins des cercles entourant les valeurs et surtout de la partie comprise entre le chiffre 20 de gauche, le cadre supérieur interne et le P de Postes.

 

 

 

Dans l’autre, nous voyons non seulement la retouche porter sur les fonds, les cercles des valeurs et les cadres, mais encore ces derniers empiéter sur le mot Postes et le tronquer au point d’avoir nécessité la seule retouche de ce mot que nous ayons rencontrée jusqu’ici.

Il nous reste maintenant à jeter un coup d’œil rapide sur les plus belles, les plus complètes et les plus caractéristiques des retouches ; nous voulons parler de celles des feuillages.

Séparés des inférieurs, à gauche comme à droite, par une rosace centrale de trois feuilles, les feuillages supérieurs sont rarement retouchés seuls et participent généralement d’une retouche complète des feuillages supérieurs et inférieurs droits dans quelques exemplaires de la planche V du 10 c., et de la dernière rangée ( panneau 1 ) de la planche II du 20 c.

Les feuillages inférieurs, au contraire, sont très souvent profondément retouchés, allant du simple trait bordant la partie externe d’une ou deux feuilles du feuillage de gauche ou esquivant par deux ou trois nervures celui de droite, jusqu’à ces admirables retouches très complètes de tout le dessin, donnant à celui-ci un aspect entièrement différent de la gravure originale.

Les exemplaires retouchés, le sont tantôt à gauche, tantôt à droite, plus rarement des deux côtés à la fois.

  Est-il utile de dire que ces timbres s’identifient avec la plus grande facilité, car  quelle qu’ait été l’attention du graveur dans son travail, ces retouches sont nettement dif-férentes lorsqu’on les examine dans leurs détails.

Pour certaines d’entre elles toutefois, il est assez malaisé de les différencier, tant elles se ressemblent à première vue.

Pour éviter un examen approfondi et fatiguant, nous vous conseillons de rechercher dans les autres parties du dessin ce que nous appelons des ‘’ constantes secondaires ‘’ c’est-à-dire précisément l’un ou l’autre de ces petits riens dont nous avons parlé plus haut et qui, très caracté-ristiques et propres à chacun des exemplaires en question, suffisent à les départager.

Il est à remarquer que les retouches qui se ressemblent le plus, sont fréquemment voisines dans les planches, ce qui est probablement dû au style adopté par le graveur pour les quelques timbres retouchés au cours d’une même séance de travail.

Il est à peine nécessaire d’insister sur l’importance de l’étude de toutes les retouches que nous venons de passer rapidement en revue !

Quelques planches en sont remplies, et si certains exemplaires mettent à l’épreuve notre sagacité et toute notre patience pour y découvrir un rien qui permet leur identification, le hasard, par contre, en a comblé bien d’autres qui sont abondamment ornés de retouches de toutes espèces quand ils ne sont , par surcroît, bords de feuilles avec en filigrane, des lettres qui les situent d’un seul coup !

 La collection de Belgique permet une spécialisation parfois très étendue, fertile en bonnes pièces et même en grandes raretés.

La finesse remarquable de la gravure des premières émissions de Belgique à l’effigie de Léopold Ier a bien souvent attiré l’attention des philatélistes avertis.

Nous ne voyons pas, en effet, beaucoup de pays, en dehors de Luxembourg, Pays-Bas, Grande-Bretagne,  Deux-Siciles et de la plupart des premières émissions des Colonies anglaises, qui puissent dépasser ou égaler les premiers timbres-poste belges.

La difficulté que l’on a, pour certaines valeurs, à les trouver peu maculées par les oblitérations exceptionnellement lourdes ou grasses, fait que l’intérêt est double quand la chance vous sourit en vous rendant l’heureux possesseur d’une pièce fraîche, dont l’effigie a été respectée.

On doit regretter que la plupart des oblitérations sur les premières émissions de Belgique aient été si lourdes et si inesthétiques. C’est à elles, en effet, que l’on doit de connaître si peu d’exemplaires des 40 c. carmins ou rouges où il est possible d’apprécier dans leur ensemble la nuance et le dessin. Que d’exemplaires bien margés du 40 c., carmin vif, une des plus jolies nuances qui soient, avons nous rencontrés, complètement maculés par une oblitération épaisse et grasse.

Nous sommes loin, dans l’art d’oblitérer à cette époque, des admirables cachets festonnés ou guillochés des vieux états italiens ( Deux-Siciles, Modène, etc. ), d’Autriche, du Mexique, de certaines émissions des Etats-Unis, etc.

De ceci découle et prouve bien que les timbres des premières émissions de Belgique, très légèrement oblitérés, sont parmi les plus rares à trouver dans tous les pays du monde et qu’ils justifient pleinement, dans certains cas, les prix élevés atteints par ceux d’entre eux dont l’état est exceptionnellement beau.

La collection de Belgique est une de celles ayant été des premières à être étudiées d’une manière particulièrement scientifique, tant du point de vue des filigranes qu’à celui des retouches et oblitérations, etc.

RODU

            ( à suivre…. )


FLASH Junior

Exemple de plan d’une collection traditionnelle

S. M. Baudouin 1er, " type Marchand "

1.         Présentation de l’émission.

1.1     Timbres ordinaires

1.1.1     timbres en feuilles de 50 au type I : type original

1.1.2     timbres en feuilles de 50 au type II : type refait

1.1.3     timbres en carnets

1.1.4     timbres en rouleaux

1.2     Timbres de Services

1.3     Timbres militaires

2.   Tirages et nuances

3.   Variétés

3.1     variétés contrôlées

3.2     variétés accidentelles : curiosités

4.   Oblitérations

4.1     Oblitérations manuelles

4.1.1     Simples cercles

4.1.2     Temporaires et touristiques

4.1.3     Ambulants

4.1.4     Chemin de fer et télégrammes

4.1.5     Etoiles : relais, agences

4.1.6     Spéciales

4.1.7     Antarctiques

4.1.8     Militaires

5.   Les affranchissements

5.1     Simples

5.2     Composés

5.3     Mixtes

6.   Les formes d’affranchissements

6.1     Recommandé

6.2     Express

6.3     Assurés

6.4     Cartes récépissés

6.5     Taxes


La Collection d’affranchissments mécaniques.

On rencontre de plus en plus souvent dans les expositions, surtout non compétitives, des collections exclusivement d'affranchissements mécaniques rouges. On les connaît depuis longtemps dans d'autres collections, principalement thématiques, en complément aux autres pièces. De fait, ces affranchissements ne sont pas aussi récents qu'on le pense. Le premier modèle du genre, à notre connaissance, remonte au 15 juin 1903. La machine, mise au point par Karl Ucherman, fut utilisée à Kristiana (Oslo).

Aujourd'hui, l'usage de machines à affranchir est partout bien implanté. Les institutions publiques, entreprises et organismes postant beaucoup d'envois de manière régulière, y trouvent de nombreux avantages. Traiter de grandes quantités d'envois en y apposant des timbres-poste qu'il faut séparer, humecter et coller, n'est pas très performant. Une machine distribuant un " timbre " tout en enregistrant le montant, trouve ici sa place. L'affranchissement de lettres est accéléré: finie la recherche de combinaison exacte de timbres pour un tarif donné, finis le découpage et le collage. De plus, le compteur automatique de chaque machine permet immédiatement de savoir le montant total d'affranchissement pour une période donnée.

 

 

 

 

La majorité des philatélistes collectionnent les timbres: ils ne sont pas très heureux de l'intérêt croissant des organismes pour l'utilisation des machines à affranchir en lieu et place de timbres-poste. Néanmoins, avec cette invention, s'ouvre un nouveau domaine de collection. Comme pour toute nouveauté, il faut faire des recherches avant de découvrir toutes les possibilités d'utilisation. Voici quelques exemples, non exhaustifs, tu en trouveras probablement d'autres:

- Par thème;

- Par type général;

- Par type particulier;

- Par groupe d'utilisateur;

- Par commune;

- En histoire postale

 Par groupe d'utilisateur :

On peut restreindre sa collection à un groupe précis d'utilisateurs: La Poste, les Ministères, etc.

Par commune :

C'est un des choix les plus évidents. Rassemblez tous les cachets de sa commune ( ou d'une autre). Exemple: cherchez toutes les empreintes de 1000 - Bruxelles. Tu pourras alors les classer par numéro d'utilisateur, ce qui permettra de suivre aisément l'utilisation par usager: ajout ou suppression de slogan publicitaire, renouvellement de machine (autre type), couleur d'encre, etc.

En histoire postale :

Les empreintes d'affranchissement sont une source idéale pour l'étude des tarifs. Choisis pour cela une période précise: commence par exemple par la période actuelle et remonte jusqu'à ta date de naissance. On peut encore obtenir beaucoup de matériel, sous toutes formes: lettres, imprimé, recommandé, échantillon sans valeur, etc. Toutes choses qui ne sont pas toujours faciles à trouver pour un collectionneur en histoire postale moderne.

Vous avez à présent quelques exemples de ce que vous pouvez débuter avec des cachets d'affranchissement mécanique. Mais, où obtenir le matériel ? Comme tout collectionneur, d'abord rechercher dans son propre courrier: il s'y trouvera certainement des oblitérations mécaniques. Essayez aussi de convaincre vos parents, voisins et amis, de les garder pour vous. Vous pouvez aussi vous adresser à des firmes où vous-même ou vos parents sont clients (pensons à l'épicier, le pharmacien, le garage). La plupart du temps, on jette ces documents au bac puisqu'ils n'ont pas de timbres. Une deuxième source d'approvisionnement est le club philatélique et ses petites annonces dans le bulletin mensuel. Signalez votre centre d'intérêt, et essayez de faire des échanges. Ici non plus, pas beaucoup de problèmes pour obtenir des cachets.

 Si vous avez déterminé ce que vous voulez collectionner, il vous faut encore décider comment vous allez garder votre matériel. Ici, aussi, se présentent plusieurs possibilités:

Sur fragment :

On peut découper les empreintes en tenant compte d'une marge raisonnable. Les fragments seront conservés dans une boite, un classeur, ou montés sur feuilles. Dans ce dernier cas, pas besoin de coins photo, deux charnières par fragment feront l'affaire.

Devant d'enveloppe :

Méthode introduite à l'origine, alors que les collectionneurs gardaient encore tout. C'est une bonne manière d'économiser de la place. Mais du point de vue de l'histoire postale, elle n'est pas si intéressante: il y a souvent au dos des lettres acheminées des marques postales permettant de montrer leur routage.

Enveloppe entière :

C'est la méthode la plus à conseiller. Toutes les caractéristiques de la lettre sont conservées: nom et adresse de l'expéditeur et du destinataire, toutes les marques postales (cachets, annotations, codes barres). On peut amasser les plis dans une boîte, ou monter sur feuilles. Les petites enveloppes sont présentées à l'horizontale, les grandes à la verticale. On peut aussi plier les grandes pièces pour pouvoir quand même les présenter à l'horizontale. Il faut alors faire attention à laisser visibles tous les éléments essentiels.

Enfin, une petite digression à propos des éléments dont une collection d'affranchissements mécaniques (belges) devrait tenir compte.

Nombre d'éléments identiques reviennent souvent dans les empreintes de la plupart des utilisateurs. Leur présentation peut changer selon la marque et le type de machine, mais les traits fondamentaux restent les mêmes.

-                L'extrême droite est réservée au port, où apparaissent les informations suivantes:

-               le nom du pays "BELGIQUE-BELGIË" ou l'inverse

l'indication monétaire "F" suivie de la valeur d'affranchissement lettre d'identification (appelée lettres repères), suivies d'un chiffre (numéro de série). La connaissance de ce numéro donne le nom de l'utilisateur.                                       

    A gauche de cette partie, se trouve le cachet du jour. Y figurent la commune, le code postal et la date, comme dans une oblitération classique. Théoriquement, la date d'impression doit correspondre à la date d'émission.

    A l'extrême gauche, on peut y ajouter un cliché publicitaire. Texte et illustration ne peuvent être en contradiction avec l'ordre public et les bonnes mœurs.


Lu pour vous ……

Timbres Magazine – n° 34 – Avril 2003

- Passion                   Algérie – La difficile naissance des timbres algériens

                            Timbres de propagande, de Giraud à de Gaulle

- Thématique              Le Panthéon

Pub sur carnet, Eaux minérales en quantité

- Collection                 Journée du Timbre

                             Napoléon - Wagram,  une victoire canon

                             Mail Art – Petits cadeaux postaux entre amis

- Histoire                    Route du thé – Annam et Tonkin : terres de variétés

- Cartes postales        Les chevaliers du Tour

- Décryptage               Cartes postales interzones avion


Emissions illégales

  OUZBEKISTAN – Circulaire de l’UPU n° 70 du 3 mars 2003

L’administration postale de l’ Ouzbékistan s’ignale l’apparition sur le marché philatélique international d’un certain nombre de feuillets numérotés principalement thématique. Toutes ces émissions doivent être considérées comme illégales, n’ayant pas reçu l’aval de l’administration Ouzbek.

Millésime 2000 :

   Faune :    1 feuillet de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0215

q    Année du Serpent : 1 feuillet de 6 timbres  à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0216

q    Chiroptères : 1 feuillets de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0217

q    Périssodactyles :1 feuillets de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0218

q    Lézards : 1 feuillet de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0219

q    Oiseaux : 2 feuillets de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0220 et UZB0221

      Millésime 2001

q    Trains à vapeur :      8 BF à 36 UZS, 4 BF à 56 UZS et 2 BF à 75 UZS portant les n° UZB0201 à UZB0214

q    Trains ouzbeks : 1 feuillet de 8 timbres à 75 UZS, 1 feuillet de 8 timbres à 125 UZS, 1 feuillet de 8 timbres à 95 UZS et 1 feuillet de 8 timbres à 56 UZS portant les n° UZB0222 à UZB0225

q    Pièces d’échec : 1 feuillets de 6 timbres à 36 (x2), 56 (x2) et 75 UZS (x2) portant le n° UZB0226

 

NDLR : Nous vous invitons à éviter d’acheter de telles émissions qui sont de pures arnaques et qui ne sont pas faites pour améliorer la philatélie.


Petites annonces

53/363     - Notre membre cherche VATICAN, n° 998/999 – 1119/1120 + carnet – 1121/1126 – 1181/1184 - 1185/1193 – BF 22 + 4 t.p. sortis le 9.5.2000. Faire offres à W. Cloquet, tél. 02 384 70 63.

  1135/363  - Recherche timbres de CHINE avant République Populaire ( Empire et République ) de 1878 à 1949 y compris les Postes Locales. Bloc 2001 réf. PJZ 13 ( document surchargé ), série n° 3937 à 3942 en 2 blocs.

              - Recherche ‘’ Idée Européenne ‘’ suivant :

              Pays-Bas n° 1677 – Finlande 2 BF de 4 timbres à 3,50 de l’année 2000, carnet C.1469 – Guernesey n° 890/893 – Man 971/972 - Faire offres à R. Bosse, tél. 02 385 07 52


Musée postal et des Communications d’Alsace.

Alors qu'en Belgique, la Poste a décidé de fermer le Musée Postal de Bruxelles qui était le témoin de notre histoire postale et des prémices de la Poste en Europe,( voir l’histoire des Tours & Tassis ) il est agréable de pouvoir visiter les très beaux musées des pays qui nous entourent.

C’est ainsi que nous avons visité le Musée de la Communication en Alsace à Riquewihr.

(Postes – Diligences – Télécoms)

Ouvert tous les jours de 10 à 12 h. et de 14 à 17 h 30, sauf le mardi.

(  0033 03 89 47 93 80  0033 03 89 47 93 80 - Site : www.shpta.com - E-mail : musee@shpta.com

Le prix d’entrée pour un adulte est fixé pour 2003 à 4,00 €.

Si vous passez ou si vous séjournez en Alsace, rendez-vous à Riquewihr où vous découvrirez un musée de la Communication unique en son genre.

Ce musée vous permet de parcourir 2000 ans d’histoire de la Poste et des Télécommunications : le transport des lettres et les techniques de communication à distance depuis les gallo-romains jusqu’à nos jours.

Vous y trouverez toutes les techniques permettant d’acheminer le courrier, les uniformes de nos facteurs, la première machine à oblitérer, etc..

Ce musée exceptionnel est également le musée de la diligence, vous y découvrirez une collection unique de malles-poste et de diligences.

La visite  qui est très agréable, vous permet de se remémorer tous les métiers qui ont servi la Poste aux chevaux ; reconstitution d’un atelier de forgeron, évocation des métiers de charron et de sellier.

Un film vidéo complète cet ensemble remarquable ainsi qu’un cachet philatélique grand format illustré est délivré sur place.

Du 5 avril au 2 novembre 2003, une exposition thématique    ‘’ La Messagère du Nouveau Monde ‘’ est ouverte aux visiteurs.

W. Cloquet


Être membre du Club Philatélique Brainois c'est avoir l'assurance de jouir des meilleurs services philatéliques, dites-le à vos amis. En espérant les voir bientôt parmi nous. 

 

 

Les articles ci-dessus peuvent être reproduits avec mention de la source et avis favorable du Club Philatélique Brainois. Envoyer une copie de la publication au président.